Plus de 2 000 personnes sont mortes à Porto Rico à cause du mépris colonial

Par Seth Galinsky
le 18 juin 2018

Des chercheurs de l’université Harvard ont rapporté dans le New England Journal of Medicine le 31 mai que le nombre de victimes à Porto Rico dans les deux premiers mois après l’ouragan Maria se chiffre dans des milliers et n’est pas limité à 64 victimes comme les responsables gouvernementaux le réaffirment depuis des mois. Puis le département de la Santé de Porto Rico a publié de nouvelles statistiques montrant que près de 2 000 personnes sont mortes.

Le bilan est un réquisitoire contre plus de 100 ans de domination coloniale des États-Unis et le pillage des ressources, humaines et naturelles, afin d’enrichir les capitalistes US et portoricains. Et le refus de reconnaître la véritable ampleur de la catastrophe sociale subie par les travailleurs et les agriculteurs montre le mépris sans coeur de la classe dirigeante.

Sous la domination des Espagnols, les maîtres coloniaux ont cultivé du café et du sucre et ont importé des esclaves d’Afrique pour faire les travaux les plus durs. La plupart de la nourriture consommée à Porto Rico était alors cultivée sur place.

Le pillage impérialiste de Washington a commencé en 1898 lorsque l’armée des États-Unis a arraché à la couronne espagnole le contrôle de Porto Rico et de Cuba et a commencé à déformer l’économie de l’île afin de répondre à ses besoins coloniaux.

Les capitalistes US ont acheté la terre, étendu la culture de la canne à sucre et construit d’énormes raffineries pour le marché US. Dans les années 1930, la production de sucre à Porto Rico a augmenté de 1 200 pour cent, mais de moins en moins de nourriture destinée à la consommation locale y était cultivée. Pendant la deuxième guerre mondiale, les patrons US considéraient Porto Rico comme une source de main-d’œuvre à bon marché et un marché pour les biens US. En 1947, les États-Unis et le gouvernement local ont lancé l’opération Bootstrap, qui accordait des exonérations fiscales générales aux sociétés US pour s’y installer. La première entreprise pharmaceutique, qui est devenue une industrie de 60 milliards de dollars par année, a ouvert ses portes en 1957.

L’industrialisation a accéléré le déclin de l’agriculture. Les paysans jíbaros ont été expulsés de la campagne pour travailler dans des usines à Porto Rico et aux États-Unis. Aujourd’hui, au moins 85 pour cent des aliments consommés sont importés. Cela a également marqué le début d’une migration massive vers les États-Unis, avec plus d’un demi-million de personnes de 1947 à 1960 seulement.

Avec la montée de la révolution coloniale autour du monde dans les années 1950, puis la révolution cubaine en 1959, la machine de propagande de Washington a vanté Porto Rico comme un « modèle de démocratie, » l’alternative à Cuba révolutionnaire. Washington a prétendu que Porto Rico était un « commonwealth », pas une colonie.

Mais les travailleurs ont continuellement résisté aux colonisateurs espagnols et US. La première grande rébellion, Grito de Lares en 1868, a étroitement lié la lutte pour l’autonomie avec l’abolition de l’esclavage. En 1934, des dizaines de milliers de travailleurs du sucre se sont mis en grève pour obtenir de meilleurs salaires et conditions, et ils ont demandé à Pedro Albizu Campos, le chef du parti nationaliste, le principal groupe indépendantiste, d’être leur porte-parole.

Préoccupé par le soutien croissant à l’indépendance, le régime colonial a adopté en 1947la tristement célèbre « loi du bâillon, » qui interdisait d’arborer le drapeau portoricain ou de chanter des chants patriotiques et supprimait toute discussion sur l’indépendance. Il a fallu une décennie pour qu’elle soit abrogée.

En octobre 1950, le parti nationaliste a lancé le soulèvement de Jayuya. La Garde nationale a aidé à réprimer brutalement cette rébellion.

Des vagues successives de courageux combattants de la classe ouvrière et de l’indépendance ont été emprisonnés par les seigneurs US : d’Albizu Campos à Rafael Cancel Miranda et de Lolita Lebrón à Oscar López, qui a finalement gagné sa liberté en 2017.

Les sociétés US ont développé leurs opérations hautement profitables à Porto Rico, grâce à des allégements fiscaux de Washington. Mais au fur et à mesure que la crise du capitalisme s’aggravait, les dirigeants US ont progressivement arrêté la plupart d’entre elles. Ensuite, le crash financier capitaliste mondial de 2006 a accéléré ce déclin. La dette du gouvernement portoricain envers les riches détenteurs d’obligations est passée de 43 milliards de dollars en 2006 à 74 milliards de dollars aujourd’hui.

Pour rembourser la dette, le gouvernement colonial a licencié des milliers de travailleurs du secteur public, fermé des écoles, augmenté les taxes de vente, réduit les retraites et réduit l’entretien et la modernisation du système électrique à un tel point que celui-ci était en train de s’effondrer même avant d’être frappé par l’ouragan. Les attaques se sont intensifiées à la suite de l’imposition par le président Barack Obama et le Congrès des États-Unis d’un Conseil de surveillance et de gestion financière, non élu, pour diriger l’île en 2016.

Les travailleurs aux États-Unis et à Porto Rico « ont des luttes et des intérêts communs, pour exiger que le gouvernement US et la classe dirigeante capitaliste qu’il représente leur fichent la paix, » a déclaré Osborne Hart, alors candidat du Parti socialiste des travailleurs à la mairie de New York, au Comité spécial de l’ONU sur la décolonisation en 2017. « C’est leur système qui est responsable de la crise capitaliste mondiale sans précédent que nous traversons. Ce désastre frappe encore plus fort aujourd’hui les travailleurs, dont ceux de Porto Rico, à cause du joug colonial de Washington.

« La révolution socialiste de Cuba montre ce que les travailleurs et les paysans peuvent accomplir lorsque nous nous organisons pour prendre le pouvoir d’État des mains de la classe capitaliste et que nous nous transformons dans le processus, a poursuivi Osborne Hart. Sur cette route, une véritable indépendance peut être gagnée. »